de Marie Darieussecq

2014_04_15"Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela, ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter". Marguerite Duras

Tu m'étonnes John ! On a beau leur expliquer quinze fois que les chaussettes sales se mettent dans le panier à linge et non au pied du lit. Ou encore que le bol du petit dej' ne va pas sauter tout seul dans le lave-vaisselle, certains n'impriment pas... Quoi je caricature ? Peut-être. Mais une chose est sûre : le dernier Darieussecq va parler au sexe dit faible. Il va les faire sourire, les attendrir. Les énerver aussi. Et le proverbe "l'amour rend aveugle" trouvera ici sa plus belle démonstration. L'auteur raconte la rencontre entre Solange, cette française actrice aux US, et Kouhouesso, cet acteur réalisateur américain d'origine africaine. Elle raconte le coup de foudre unilatéral qui s'en suit, la dépendance de la passion, le manque et les absurdités qui en découlent, la violence de la prise de conscience, la souffrance du contre coup, la pénibilité de la prise de décision, la volonté de s'en sortir, le long chemin de la guérison et enfin la joie de s'apercevoir qu'on est sevré. Enfin. Sevrée d'un égoïste. Alors oui, les lectrices vont vibrer des mots justes sur les sentiments et les émotions de Solange. Oui, elles vont gronder face à ses réactions mais vont la comprendre, finalement. Car les lectrices sont toutes des amoureuses potentielles. Et les lecteurs ? Et bien, pas sûre qu'ils comprennent... C'est comme pour le coup des chaussettes et du bol :D