2014_02_08a

Alors bon, à la base, l'opéra, voilà quoi. Et puis il y a Pretty Women où Viviane, aka Julia Roberts qui a fait pipi dans sa culotte, est ressortie en larmes après avoir écouté La traviata de Verdi. Alors l'idée fait son chemin. On se dit qu'après tout, l'opéra, c'est peut-être sympa. Mais on se souvient que la plus part sont en italien. Pire, en allemand. Ich verstehe nicht ou pas très bien la langue de Goethe... (on ne peut pas avancer sur ses exos de maths pour le lendemain ET écouter la prof d'allemand en même temps.) (Il y a des priorités au lycée et cette langue n'en fait pas partie.) (Sérieusement, QUI s'en sert ? Je demande juste). Bref ! l'opéra était une option pas encore testée jusqu'au jour où la compagnie espagnole Cor de Teatre vint jouer son Operetta sur les planches d'une des salles de spectacle du coin. Et ce fut le déclic. Ouais.

Operetta ce n'est pas un opéra mais des opéras. En fait, la troupe a eu cette génialissime idée de chanter et de mettre en scène des extraits des plus grands opéras connus. Carmen, La Traviata, ..., et euh... bien d'autres encore dont tout le monde connaît l'air mais qui est bien incapable de mettre un titre dessus. Et là où ils sont vraiment très forts, c'est sur la mise en scène. Plutôt que de se satisfaire d'une scène classique en costume d'époque, ils détournent les histoires d'origine en les adaptant à des situations contemporaines tout en conservant les airs et les paroles (on rappelle qu'on ne verstehen pas grand chose au deutsch et que ce n'est guère meglio en italiano). Du coup, non seulement le public se familiarise avec les soprani (os ?), les altos (i ?) et j'en passe mais surtout il passe un excellent moment de franche rigolade. Pour tout dire, je n'ai pas fait pipi dans ma culotte mais j'ai tout de même pleurer... de rire ! Ca rassure pour aller écouter un opéra entier. Ou pas.