Tyr (Sour en arabe), Saïda, Byblos (Jbail), la réserve de cèdres de Tannourine, Tripoli, Baalbek, Beyrouth, la plaine de la Békaa et la région du Mont-Liban sont une partie des lieux que vous avez eu la chance de visiter. Et t'as trouvé ça comment ? s'impatiente le lectorat, tout ouïe. Ben écoute, à chaud, vous auriez répondu gé-ni-al bien que j'ai chopé une espèce de tourista rapport à cette saloperie d'eau de bouteille qu'était en fait de l'eau potable du robinet et ces emmerdeurs d'Air France qui... Comment ça vos problèmes intestinaux n'intéressent que vous ? D'accord...

Donc, vous disiez, qu'à chaud, GE-NI-AL vous auriez simplement répondu. A froid, vous pouvez un peu plus développé. Alors, tout d'abord, que le lectorat s'enlève de la tête toutes ces images d'un Beyrouth tout détruit où ne règnent que les ruines. OK, il en reste bien 2, 3 par-ci, par-là mais il faut savoir que les images que nos chers médias nous distillent à longueur d'année à grand coup de scoop et record d'audience datent de 20 ans... Et ouais... Et en 20 ans, une ville ça change. Ca bouge, une ville. Ca vit aussi. Vous voyez pas comment, vous et vos préjugés à 2 balles, vous vous êtes fait retourner comme une crêpe (expression de collègue n°3). Tel le Phénix, le Liban a su renaître de ses cendres...

Beyrouth est donc une ville moderne avec ses immeubles dernier cri cousins germains de Dubaï, son port de plaisance où squattent quelques yachts, son campus américain, son centre ville tout neuf. Et c'est là que le paradoxe commence. Parce que pour y accéder au centre ville, il vous faut montrer patte blanche... Des barrages militaires avec des soldats armés délimitent la zone et il n'est pas rare de voir des chars de l'ONU circulés. Le civil côtoie aussi naturellement le militaire que les mosquées, les églises. Si la ville a su panser ses blessures, ses guerres sont ancrées dans les mémoires, qu'elles soient vieilles ou jeunes. Alors, il faut vivre vite. Vivre vite et dans l'urgence. Vivre vite et jouir de l'instant présent dans la hantise d'une potentielle nouvelle guerre... Ce Carpe Diem se traduit par la consommation à outrance, le paraître, les fêtes quasi non-stop. Bref, le nouvel Ibiza se trouve là-bas !

Au milieu de toute cette branchitude, trônent comme de vieilles déesses bienveillantes les cités antiques. Chaque grande ville a la sienne. Pas d'exception ! Au détour d'une rue, vous tombez nez à nez avec 3 pauvres colonnes datant de l'empire romain dans le centre de Beyrouth. De 3, vous passez à tout un forum à Tyr. Le forum s'agrémente d'une citadelle et d'un théâtre à Byblos. Et c'est carrément des temples qui vous attendent à Baalbek... Doux Jésus ! Vous avez des yeux grands comme des soucoupes devant ces merveilles ! Vous ne pouvez donc que vous insurger face à ces Z%LKZNB de Croisés qui ont tronçonné des colonnes entières de granit de Karnak (celui d'Egypte. Pas celui de Bretagne). Tout ça pour servir de fondation à leurs citadelles ! Nan mais des fois eux ! P'is c'est moche en plus !!! Enfin bon, les goûts et les couleurs hein !...

Les couleurs, vous en avez pris plein les mirettes dans les montagnes et la plaine. L'automne aidant, les feuilles des pommiers, cerisiers et autres kakis ont joué leur dernière carte en se parant de couleurs plus chatoyantes les unes que les autres avant de tomber. Un vrai régal pour les yeux ! En grimpant un peu plus haut, le festival des conifères leur emboîte le pas. Pins et cèdres se dévoilent. Le cèdre du Liban. Le fameux. Certains sont vraiment immenses que se soit par la taille ou par la circonférence... avec leurs 1500 ans d'âge ! Généralement de tels spécimens se trouvent dans des réserves afin d'éviter qu'ils soient abattus. Pas par vandalisme, nan pas seulement, mais pour être utiliser comme bois de chauffage... Vous redescendez par l'autre versant où vous attendent chênes verts et leurs habitants, les écureuils, pour finir dans la Békaa et ses sillons de patates grosses comme votre poing et ses champs de chanvre (enfin par chanvre, faut entendre... vous n'allez pas faire une dessin non plus !).

Bah voilà, voilà... ! Tout ça vous a bien occupé toute une semaine. Et vous êtes passée sur les plages qui n'ont rien à envier à celle de La Baule, les champs de bananiers, vos rencontres improbables ou comment vous avez flippé comme une malade devant une tasse de thé, les 18 communautés religieuses, le 1/2 litre de jus de carotte à boire, les kébabs poulet de la muerte, les croissants au thym, vos rencontres avec des personnes adorables qui font chaud au coeur... Là vous êtes bien partie pour remercier, votre copine Ness, votre hôte, internet, vos parents sans qui tout ça ne serait jamais arrivé et blablabla et blablabla. Rrrr zzzzzzzzzzzzzz