tiré de la série BD du même nom, réalisé par Jérôme Salle

Le puissant groupe industriel Winch perd sa tête : Nerio Winch, 5ème fortune mondiale et actionnaire majoritaire. La disparition brutale et suspecte de cet homme influent déstabilise la holding et amorce la guerre de succession. Cependant, Nerio Winch ne laissera pas l'auteur de son passage de vie à trépas s'en tirer à si bon compte. Sa dernière carte du jeu : un fils adoptif caché, Largo, héritier de son immense fortune et de son empire. Mis dans la lumière, Largo est à son tour dans la ligne de mire du commanditaire du meurtre de son père.

Tiré de la BD éponyme, il s'agit là d'une adaptation. Soyons précis. Que les puristes soient prévenus car dès la première scène le bédéphile averti est complètement déstabilisé. Si l'histoire dans ses grandes lignes est respectée, les lieux et le contexte sont à la merci de la fantaisie du réalisateur. A la bonne heure ! Actions, courses poursuites, combats, bras de fer, torses musclés et jolie fille... les ingrédients sont réunis pour nous scotcher au fauteuil pendant 2 heures au beau milieu d'une faune d'hormones mâles ! Ouvrez la parenthèse - Parce que bon, le public qui vous entoure est à forte majorité masculine... et tout juste pubère ! Vous passerez sur les scronch scronch des pop-corn engloutis, les pfrrrriiittt des paquets de M&M's froissés et des gloussements gutturaux étouffés dès qu'un téton ou 2 cm² de peau de fesse féminins apparaissent à l'écran - Fermez la parenthèse. Heureusement le sourire charmeur, limite insolent de Tomer Sisley vous incite à faire abstraction des désagréments sonores qui vous entourent. Les images de la côte croate, quant à elles, vous invitent à goûter à la sérénité des lieux qu'elle inspire. Vous en redemandez ! Qu'à cela ne tienne puisque qu'un deuxième volet est en tournage. Aaaaaah !!!