de Jean Teulé

En début d'après-midi de ce lendemain de la sainte Marie 1876, Alain de Monéys quitte sereinement le domaine familial sous les recommandations de sa vieille maman pour la foire d'Hautefaye, au village voisin. Alain n'est pas inconnu des villageois. Au contraire, puisqu'il défend le projet d'assainissement des marais de la région. Alors comment expliquent-ils l'avoir pris pour un prussien, ennemi de l'Empire ? Justement, ils ne l'expliquent pas... ou bien si par un "je ne sais pas ce qui m'a pris" comme pour excuser les atrocités inhumaines qu'ils lui ont fait subir pour finir par le manger.

Jean Teulé aime prendre un personnage historique et le raconter sur le ton du badinage comme ma voisine aime à colporter les ragots. Son ton presque détaché permet d'accentuer les situations loufoques et de lisser les plus insoutenables. Car ici, le récit des dernières heures d'Alain de Monéys devrait être insoutenable. Lire le véritable chemin de croix de cet homme rivalisant de barbarie avec la passion du Christ a de quoi glacer les sangs. Et pourtant, même si la lecture de ce fait divers ne laisse pas indifférent, elle ne retranscrit sans doute pas les émotions face à l'abomination du moment. On ce dit "quelle horreur !" histoire de se donner bonne conscience et on passe au bouquin suivant. L'auteur n'aura donc pas fait mouche en traitant son sujet de manière légère. Comment aurait-il pu quand on sait que l'Histoire regorge de charnier encore plus puant que celui là. Surtout ces cent dernières années...

Rendez-vous sur Hellocoton !