L'autre jour, réflexion faite, il y a un bon l'autre jour, une amie vous faisait la réflexion que finalement, les tomates séchées, c'est quand même dégueulasse. Nan ? Devant votre air ahuri, elle vous expliqua que ben oui tu vois, c'est sec et dur à manger. Sec, oui mais bon c'est tout l'intérêt du séchage en même temps hein ?! ...

Néanmoins, vous avez compris l'origine de son problème : ses tomates séchées n'étaient pas préparées. Aussi évident que cela puisse paraître, celles conditionnées dans un sac plastique ne se consomment pas tel quel. Evident pour vous, mais apparemment pas pour elle. Instant révélation : il faut les réhydrater ! That's the secret... Alors, pour ce faire :

Petit 1 : elles doivent être plongées dans un litre d'eau chaude complété à 5% de vinaigre blanc.
Petit 2 : les laisser s'hydrater et se dessaler dans cette eau vinaigrée pendant 8 heures.
Petit 3 : égouttées, les conditionner dans un bocal en verre
Petit 4 : compléter par de l'huile d'olive jusqu'à immersion complète des tomates
Petit 5 : ajouter quelques petits piments pour se la jouer à l'italienne. Ma che ce n'est pas obligatoire non plus
Petit 6 : elles sont prêtes à être consommées ou stockées

Et voilà !

Tant que nous sommes à parler tomates, (faudrait pas que ça devienne une habitude quand même) non les vôtres ne sont toujours pas mûres, merci de vous en inquiéter, vous ne pouvez résister à la tentation de partager votre dernière découverte italienne sur les pentes du volcan Vésuve. Instant culturel. Une variété ancienne très parfumée à la peau épaisse se cultive dans les sols anciennement recouverts de lave : les pomodorini del piennolo (traduction tomates cerises pendule). Leur particularité réside, outre leur saveur, dans leur conservation. On les récolte en grappe. On les enfile comme des perles sur un fil. On les suspend au balcon et hop ! on les consomme jusqu'à tard dans l'hiver. Fin de l'instant culturel avec un panorama del Vesuvio :)

Rendez-vous sur Hellocoton !