Depuis une petite semaine, votre radio locale préférée vous passe une chanson fort sympathique sans pour autant vous donner les coordonnées du monsieur qui chante. Vous trouvez ça fort désagréable d'autant que vous êtes tombée sous le charme et entonnez à qui mieux mieux les paroles en coeur version yaourt. Vous êtes persuadée qu'il s'agit de l'ex de la Vaness'. Lequel ? s'enquière le lectorat. Pas celui qui vit une vie de bohème au milieu des lamas et de la version sud américaine de la toundra. Nan, l'autre. Celui qui remet au goût du jour la coupe afro affreuse des années 70.

Après vérification sur le site de la dite radio, vous vous apercevez qu'ils ont bien une play liste, certes, mais une play liste de la semaine et non pas du heure par heure. Vous n'avez plus qu'une ultime solution : vous taper l'écoute du dernier album de Lenny Kravitz, It is time for a love revolution. Après avoir fait rapidement défiler les 16 morceaux composant l'opus, aucunes mélodies ne semblent correspondre à votre nouvelle chanson préférée. Shit ! Cependant, vous n'avez pas fait ces recherches pour rien. Vous étiez-vous imaginée un jour devenir fan d'un album de Lenny Kravitz ? Nan !!! Bah là oui ! Eh ! Comme quoi, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis... ! Là se trouve tout ce que vous pouvez aimer : des guitares qui grincent en solo, en duo, en trio, des rythmes rock (Bring it on), des choses plus douces (I love the rain), des titres rigolos (Good morning), des prises de position (I want to go home). Bref, une vraie découverte à classer immanquablement dans la case à écouter !

     

Bien ou bien ?