En faisant un peu de ménage dans votre coin médiathèque, quoique maigre il n'en reste pas moins bordélique quelques fois. Si si, il faut bien l'avouer. Donc, en mettant un peu de logique dans tout ce fatras, vous êtes tombée sur un emballage en carton marron, à moitié cassé d'où pend un bout de ficelle. Avant de le mettre direct à la poubelle, votre 6ème sens féminin si injustement nommé curiosité par le sexe opposé, vous pousse à y regarder de plus prêt. Et, ooooooh ! Les apparences trompeuses de la couleur marronnâtre du carton dont le scotch décollé depuis au moins 10 ans vous révèlent un titre d'une écriture gothique : Les nonnes troppo. Mon Dieu (c'est le cas de le dire !), vous n'avez pas écouté les péripéties de ces bonnes sœurs durant leur mission depuis la fin de vos études.  Vous aviez réussi à sortir de leurs girons en ayant votre bac pour intégrer fissa une école publique. Vous voyez pas qu'elles vous ont finalement rattrapé et suivi lors de vos études supérieures... mais cette fois-ci en chanson !

Vous ne résistez pas à la tentation de faire un voyage dans le passé... Dès les premières notes sorties de votre PC, Le crapaud vous propulse en amphi de chimie, ou Ray votre voisin du jour et l'histoire d'une grenouille à grande bouche ont bien failli vous faire foutre, vous, la grenouille et le dit Ray à la porte du cours. Corinne vous ramène sur la côte vendéenne durant les vacances de pâques de votre première année. Notre sœur vous renvoie sur la plage de La Baule en plein tournage d'un film amateur pour l'anniversaire de vos best friends de fac. Et cetera, et cetera.

      

Si vous aviez eu celles-là dans votre boîte à bac, vous auriez peut-être un peu plus rigoler tous les jours !