Mardi je me suis réveillée comme une fleur. Enfin on m'a réveillée à grands coups de miaou et de ronron. Après avoir ouvert un oeil en pestant après ce chat chiant qui réveille son monde à 6h00 pour qu'on lui ragale la poignée de croquettes qu'elle ne veut pas manger sans personne pour la regarder, le deuxième s'ouvre encore plus vite pour confirmer qu'il fait jour. Sérieusement, depuis quand, au mois de février, il fait jour à 6h00 du mat ?! Peut-être depuis que le chat chiant ne miaule plus sa mère à vous crever les tympans à 6h00 mais à 9h17... Et qu'à 9h17 vous devriez être à la pause café avec vos collègues et non pas les cheveux en bataille et la bouche sèche d'avoir respiré toute la nuit le nez bouché. J'ai écrasé 11h30. ONZE HEURES TRENTE. En semaine ! Il faut dire aussi que j'ai une grippette. C'est sans doute pour ça.

Comme j'étais en retard, Morandini m'a tenu compagnie à la place de Thomas Sotto sur le chemin du boulot. Le débat en cours était sur la cohabitation entre les trois grandes religions juive, catholique et musulmane en France. Un représentant de chacune de ces confessions religieuses débattaient du sujet quand, je ne sais pas comment, c'est parti en couille en abordant la tuerie de Charlie Hebdo. Là, le mec, je ne sais plus lequel des deux entre le juif et le musulman, avec un aplomb arroguant sort à un Morandini consterné : le problème, ce n'est pas la religion mais l'environnement socio-économique. J'ai failli m'étouffer... Même si il paraît évident que le chômage, les cités, tout ça, sont un formidable vivier pour trouver la pauvre âme prête à se faire péter la tronche pour des idées religieuses, je ne vois pas le rapport avec la boucherie organisée. Les gars, ils se sont faits explosés parce qu'ils ont mis un visage sur une icône religieuse qui ne doit pas en avoir. Pas parcequ'ils ont dessiné la courbe vertigineuse du chômage. Morandini a bien tenté de lui donner une deuxième chance de se reprendre mais l'autre s'est entêté dans sa connerie... Encore un qui a tout compris pour appaiser les tensions !