de Luc Besson

Lucy est une étudiante australienne en Corée du sud. Comme toutes les étudiantes, sa vie ne se résume pas aux livres et bibliothèques. Les soirées arrosées et les mauvais garçons font parti du package. Elle s'amuse jusqu'au jour où le bad boy du moment la fourre dans un pétrain sans nom qui va bouleverser le cour de son existence.

2014_09_01

Ce film est bien un Besson. Pas de doute possible. Ceci dit, bien que je sois adepte de ce réalisateur, je dois avouer que ce n'est pas son meilleur. Loin s'en faut. Mais ce n'est pas une daube non plus. Les plans sont soignés, le rythme soutenu et les musiques toujours signées Serra. On ne change pas une équipe qui gagne ! Alors quoi ? Pourquoi ça ne marche pas autant qu'on aurait pu l'espérer ? Les acteurs sont bien vus et convaincants. Ca ne vient pas de là non plus. Reste plus que le scénario... Une impression de déjà vu, un mélange de Limitless et du 5ème élément qui ne permet pas au spectateur de découvrir quelque chose de nouveau. Agit tout de même la magie du réalisateur et c'est ce qui le sauve du naufrage sans doute... Néanmoins, manque tout de même le capital sympathie pour le personnage principal incarné par Scarlett Johansson. Jusqu'à présent, Luc Besson nous avait habitué à un héro attachant. Ici, Lucy est froide, dénudée de tout sentiment (sauf pendant 30 secondes), calculatrice et limite antipathique. Elle est loin la Liloo ! En même temps, Lucy n'est pas la suite non plus du cinquième. Bref ! Tout ça pour dire que je suis mi figue mi raisin, que je n'ai pas détesté mais n'ai pas sauté au plafond non plus... Trop d'incohérences par rapport à notre siècle. C'est peut-être ça finalement qui dérange le plus. Situer l'histoire en 2050 aurait peut-être effacé l'ardoise. Je dis bien peut-être.