2014_06_14a

Tous les ans, dans le bled, pour finir la saison culturelle, se déroulent les grandes marées. Vous me direz, dans une ville du bord de mer, les grandes marées, il y en a toute l'année. Ah mais oui mais nan ! Ces grandes marées là ne sont pas du genre dépendant de la position de la lune par rapport à la distance entre la terre et le soleil en passant par les anneaux de Jupiter le jour de la Saint Glinglin. Celles là ont lieu tous les ans à la même date : le premier samedi du mois de juin qu'il fasse chaud et beau ou froid et humide. La deuxième solution est plutôt gênante du fait que les festivités commencent par un pique-nique géant sur le front de mer. Et un pique-nique emmitouflé dans une doudoune avec un parapluie dans une main et le sandwich au pâté dans l'autre, on a connu meilleur moment de convivialité. Et cette année est une année dite avec. Avec le soleil. Avec les animations de rue, Avec les habitants au rendez-vous. Avec les tables prises d'assaut dès 18h59 bondées de charcutaille, de pif et d'apéro. Et la culture la-dedans ? Elle n'est pas en reste avec des spectacles ambulants et des sédentaires plutôt de bonne qualité. Plutôt car un seul a gâché un peu la qualité de tous les autres. Autant la compagnie l'Arbre à nomades a emporté le public loin, très loin là-bas dans les tassilis avec leur caravane azur et indigo au son de musiques orientales. Autant la compagnie Virevolt a su le conquérir par sa poésie et son romantisme avec ses acrobaties autour d'un banc public. Autant les membres du collectif Aoc l'ont fait vibrer au rythme de leurs voltiges sur trampoline ou encore aux anneaux avec la mer en arrière plan. Autant la compagnie Bilbobasso l'a enflammé avec leurs chorégraphies de tango argentin la nuit tombée. Autant la compagnie Rubbish rabbit n'a fait rire personne avec ses pitreries très pipi caca. Personne ? Vraiment ? Si, il faut bien l'avouer, ils ont trouvé leur public : les enfants ! En même temps il n'y a qu'eux qui peuvent trouver poilant d'exploser (au sens littéral du terme) un ananas, de mettre le feu à une Barbie ou encore de se branler sur un lapin géant en peluche. Comment ça je n'ai aucun humour ?

2014_06_14b

2014_06_14c

2014_06_14d