de Eric Rochant

Alice est surdouée de la finance, donc proie facile pour les chasseurs de tête ; mais pas que. Elle se fait approcher par les services secrets russe afin d'essayer de coincer un mafieu soviétique exilé à Monaco. L'opération est supervisée par Gregory Lioubov, ancienne petite frappe devenu bras droit du chef du FSB. N'ayant pas confiance dans cet agent infiltré amateur, il transgresse le premier des codes d'espionnage : ne jamais, jamais, rentrer en contact avec lui.

2013_03_16
Si le spectateur s'attend à un film d'action, il sera surpris. Ce film n'est pas un film américain. Il sera surpris car l'espionnage passe rapidement au second plan et n'est finalement qu'un prétexte pour dérouler une histoire d'amour impossible entre deux amants de camps opposés qui n'est pas s'en laisser penser à Roméo et Juliette avec une fin pas si prévisible que ça. Ce film n'est décidément pas un film américain. Le spectateur a la sensation de s'être fait avoir ? Absolument pas ! A moins d'être allergique aux films français et que Jean Dujardin lui donne de l'urticaire... Car le réalisateur nous fait une véritable démonstration de réalisation à la française. Plans serrés, scènes au rythme lent, action à peu près autant présente que l'humour dans un scénar allemand, sensibilité au bord de la tension, palette d'émotions et sensualité palpables traduites parfaitement par notre Jeannot nationnal. Cécile de France n'est pas en reste. Nous la retrouvons avec enthousiasme pour une fois qu'elle "n'a pas les cheveux courts et qu'elle ne joue pas les lesbos" peut-on souligner pour paraphraser son partenaire de jeu de jambes en l'air. Cerise sur le gâteau, la BO secoue le tout lorsque l'inaction pourrait être soporifique. Il faut dire aussi que Jonathan Morali, leader du groupe Syd Matters, se cache derrière ce petit bijou musical. Ce film n'est vraiment pas un film américain.

Rendez-vous sur Hellocoton !