de Cédric Klapisch

C'est l'histoire d'un Parisien qui est malade et qui se demande s'il va mourir. Son état lui donne un regard neuf et différent sur tous les gens qu'il croise. Le fait d'envisager la mort met soudainement en valeur la vie, la vie des autres et celle de la ville toute entière.

 

Des maraîchers, une boulangère, une assistante sociale, un danseur, un architecte, un SDF, un prof de fac, une mannequin, un clandestin camerounais... Tous ces gens, que tout oppose, se retrouvent réunis dans cette ville et dans ce film.
Vous pouvez penser qu'ils ne sont pas exceptionnels mais, pour chacun d'entre eux, leur vie est unique. Vous pouvez croire que leurs problèmes sont insignifiants, mais, pour eux, ce sont les plus importants du monde.

Voilà un film français comme on les aime. Belle brochette d'acteurs made in France, diaporama de la plus belle ville du monde, mise en scène de la vie de monsieur tout le monde à travers les yeux d'un jeune dont la sienne de vie est chamboulée par la maladie. Son nouveau passe temps, observer les autres et leurs histoires, change son regard sur les petits bonheurs de tous les jours. Ces petits bonheurs tellement présents que nous finissons immanquablement par ne plus les remarquer, obnubilés que nous sommes par la quête de la lune que Pierrot ne décrochera jamais...

Il faut avouer que les cinéastes français (cocorico) n'ont pas leur pareil pour faire naître les émotions et ouvrir les yeux des spectateurs au travers de situations simples, sans fioritures, sans cascades impressionnantes et de coups de feu à chaque coin de rue. Juste des regards, des sourires, des larmes, des rires et des soupirs. Peut-être parce que chacun se reconnaît forcément dans cette multitude de morceaux de vie... Souhaitons à Paris le même destin que celui d'Amélie Poulain parce qu'il le vaut bien !