8h00 moins quelque chose, il vous faut appeler un chat un chat. Vous n'êtes plus à la bourre mais bel et bien en retard. Retard par l'ami Robert méthodique : temps écoulé entre le moment où une personne, une chose arrive et le moment où elle aurait dû arriver. C'est ça... Et quand une journée commence ainsi, le mieux est de retourner illico sous la couette. Et pourtant...

Trousseau de clés attrapé d'une main pendant que l'autre cherche désespérément le trou de la manche du manteau qui pendouille lascivement le long de votre bras alors que votre chaussure gauche refuse ostensiblement de s'enfiler sans aide. Note pour plus tard, se faire greffer une troisième main. Vous courez plus que vous ne marchez vers votre titine. Vous mettez le contact tout en bouclant votre ceinture et en appuyant sur l'embrayage. C'est dingue la dextérité dont vous faites preuve dans un moment de panique. Vous saviez que vous travaillez mieux sous pression ?!

Vous voilà enfin sur la route filant vers votre fauteuil de bureau. Votre attention est plus accaparée par le décompte des minutes que par le compteur de vitesse. Votre regard change irrémédiablement de cadran lorsque vous apercevez quelques centaines de mètre plus loin un monsieur, jambes écartées, machin noir au poing. La régie vous indique qu'il s'agit d'un radar. Soit, appelons ce truc un radar. Quoi qu'il en soit, vous mettre debout sur le frein maintenant ne servirait sans doute pas à grand chose. Vous n'êtes donc nullement étonnée lorsqu'une fois arrivée à sa hauteur, enfin leur hauteur (cette tribu ne se déplaçant qu'en groupe), un moulinet de bras vous assène de vous garer là là en plein dans le passage. Vous ne gênerez pas ou si peu. Les autres automobilistes n'auront qu'une grande embardée à faire sur le côté pour éviter l'aile gauche de titine. 

- Bonjour, gendarmerie nationale (vous voyez bien que ce n'est pas la poste mais en faire la remarque ne ferait, sans aucun doute, qu'aggraver votre cas...) vous savez à combien vous rouliez ?
- Euh ! nan...
(vous vous efforcez de ne pas virer au rouge piment d'espelette en proférant ce mensonge éhonté face à un représentant de l'ordre)
- Veillez descendre de votre véhicule et me suivre s'il vous plaît.

Nan, ça ne vous plaît pas. Mais alors pas du tout. Seulement avez-vous vraiment le choix !? Votre montre vous nargue avec ses tic-tac et cette grande aiguille qui se dirige dangereusement vers la minute fatidique.
- Bien, 80 km/h pour 50, nous retiendrons 75, 90 euros d'amende et 2 points en moins sur votre permis.

Prête à dégainer votre chéquier pour sortir le plus vite possible de ce fourgon et vous transformer en lapin blanc d'Alice, vous demandez tout de même : Vous acceptez les chèques ? Ah bah nan, c'te question !!! Là il verbalise et après seulement il faudra payer par un timbre amende. Ah... ! Naïvement vous pensiez payer là maintenant et que l'entretien s'en tiendrait là. Et bien pas du tout ! Votre compagnie doit lui être agréable puisque le voilà partie dans une longue explication concernant le pénible et long chemin que fera votre pauvre petite contravention poussant le bouchon jusqu'à vous indiquer l'endroit exact où coller le timbre et vous montrer l'adresse à laquelle vos deniers extirpés (soit, à juste titre...) devront être envoyés en suivant d'un doigt boudiné la première ligne à la manière d'un élève de cours élémentaire. Tic-tac, tic-tac, tic-tac... Vous vous retenez de lui rétorquer que c'est bon, vous n'avez pas pris option neuneu de base au bac mais vu son degré d'humour... Comprendrait pas la plaisanterie et c'est encore votre argent sonnant et trébuchant qui ferait les frais de votre effronterie. Vous vous contentez de répondre par un oui agacé à toutes ses recommandations. Tic-tac, tic-tac, tic-tac... Vous pensiez être débarrassées ? Ah bah nan ! Le PV n'est pas rempli ! Vous manquez vous étrangler lorsque d'une écriture d'écolier il remplit soigneusement toutes les cases avec une lenteur exaspérante ! Limite s'il ne tire pas la langue pour mieux marquer sa concentration. Tic-tac, tic-tac, tic-tac... Vous vous demandez s'il se fout ouvertement de votre gueule en finissant chaque point définissant votre identité qu'il lit sur votre permis rose par une forme interrogative. Si vous aviez eu le temps et surtout les fonds financiers, vous auriez répondu par la négative ; histoire de voir son cerveau fumé par l'effort de cogitation pour discerner le faux du vrai...

1/4 d'heure plus tard, vous pouvez enfin courir vers titine sous l'œil médusé du petit jeune, dernier embauché, chargé de surveiller la circulation. Vous êtes si en retard que ça ? Ben nan en fait, vous aviez juste envie de goûter une prune hors saison !

Ce fâcheux contretemps date un peu, mais depuis vous restez sceptique sur le concours d'entrée dans la maréchaussée... 2 solutions : soit il est vraiment très facile et n'importe quel imbécile peut prétendre à rejoindre la joyeuse bande de Saint Tropez. Soit il est d'un niveau de difficulté moyen et son ultime but et inavoué est de ne recruter que les candidats semblant avoir 5 de QI en raclant large. Sinon, vous ne voyez pas... !