de Gavin Hood

Anwar El-Ibraim, scientifique américain d'origine égyptienne, est pressé de retrouver sa famille après un voyage d'affaires. A des milliers de kilomètres de là, au Caire, un attentat terroriste a fait plus d'une trentaine de morts, dont un américain. L'attentat a été revendiqué par Rashid Silime, terroriste bien connu à la tête de la brigade El-Hazim, une cellule dissidente du Hezbollah. Il se trouve qu'Anwar est biochimiste, qu'il a une certaine expérience en fabrication de bombes et qu'il a des liens familiaux avec l'Egypte...

Anwar monte dans un avion en Afrique du Sud en tant qu'homme d'affaires. Il en descend à New-York comme terroriste. Arrêté, menotté et emmené, il se retrouve nu, seul dans une étroite cellule. Ses ennuis ne font que commencer. Il fait l'objet du programme "extraordinary rendition"...

Vu le nombre de tubes de couleur, il est inutile de préciser que vous avez a-do-ré !! Ce film est troublant, émouvant, fort et met très mal à l'aise. De votre fauteuil, vous croyez comprendre ce qui se passe et vous traitez mentalement de con l'agent de la CIA qui regarde mollement les horreurs qui se déroulent sous ses yeux jusqu'au moment ou le doute assaille votre esprit en même temps que les premières révélations tombent. La pauvre Reese vous fait pitié avec son gros ventre et Meryl Streep vous semble encore plus ignoble qu'en diable habillé en Prada. Les ados amoureux vous font sourires. L'enrôlement salafique vous flanque une trouille incontrôlable. Les images défilent. Le réalisateur vous distille lentement des bribes d'informations et les pièces du puzzle s'imbriquent petit à petit d'elles-mêmes. Vous sentez alors votre vue se troubler. Le tableau est terminé. Seule, une larme restée coincée dans vos cils peut témoigner de votre émotion éprouvée une fois la lumière rallumée. Et le pire dans tout ça, c'est que vous ne souhaitez même pas la faire disparaître d'un geste car cette histoire n'est très certainement pas qu'une fiction ! Malheureusement...